finasec

Audit

Envoyer Imprimer PDF

Pour le PCG (plan, générale, comptable), la comptabilité est définie comme un système d’organisation de l’information financière. La comptabilité est un outil qui fournit, après traitement approprié, un ensemble d’informations conforme aux besoins des utilisateurs : dirigeants, actionnaires, salariés, banques, autres partenaires. Il est important que l’image que la comptabilité donne de la situation de l’entité soit la plus fidèle possible. Un contrôle général, s’appliquant à l’ensemble de la comptabilité, en vue d'en vérifier la régularité et la sincérité, est indispensable ; telle est la mission, légale ou contractuelle, de l’auditeur des comptes.

Expertise

Nos principaux services dédiés à l’accompagnement de nos clients, réalisées dans le strict respect des règles déontologiques de l’expertise comptable, sont

Prestations comptables et fiscales :

  • Prise en charge externalisée de l’ensemble du dossier comptable et fiscal
  • Préparation des déclarations fiscales
  • Etablissement des comptes annuels
Gestion sociale
  • Formalités d’entrées et de sorties du personnel (contrats de travail, procédures de licenciement)
  • Etablissement des bulletins de paie
  • Déclarations aux organismes sociaux
  • Assistance au recrutement de personnels comptables
  • Assistance à la mise en place de plans d’intéressement.
Comptes consolidés
  • Organisation du processus interne de consolidation
  • Etablissement des comptes consolidés
Conseils comptables et financiers
  • Mise en place de processus budgétaire et de systèmes de reporting
  • Mise en place de comptabilité analytique et de procédures de contrôle de gestion
  • Mise en place de suivi de trésorerie
  • Diagnostic économique et financier

Conseils  - Vie des Entreprises

  • Elaboration de business plan
  • Assistance à la recherche de financement (fonds propres – dettes)
  • Accompagnement managérial
  • Secrétariat juridique (personnel spécialisé)
  • Optimisation fiscale.

 

La notion de révision comptable est apparue avec la profession d’expert-comptable. La notion d’audit est apparu au XIVe siècle : fonction d’auditeur de la Cour des comptes. Ce terme fut employé ensuite par les anglo-saxons avant de revenir en France, dans le monde des affaires, puis s’est substitué à celui de révision dans la profession. La définition reconnue par les praticiens est la suivante : mission d’opinion, confiée à un professionnel indépendant, utilisant une méthodologie spécifique de diligences acceptables par rapport à des normes.

Nous verrons donc  Les missions de l’audit des comptes annuels  puis les deux types de contrôle.

Les Missions

Le contrôle légal et le contrôle contractuel : le contrôle légal s’applique en vertu d’une disposition légale obligatoire. Il peut s’exercer à l’initiative d’un juge. Le contrôle contractuel peut être demandé par l’entreprise ou par des tiers. Les objectifs sont différents.

Le contrôle légal obligatoire

Commissariat aux comptes : Les sociétés de capitaux telles les sociétés par actions, SA, SCA et SAS sont soumises au contrôle légal, quelle que soit leur taille. (loi du 1er mars 1984) : les SNC, SARL, SCS, ainsi que toute personne morale ayant une activité économique relève du contrôle, dès lors qu’elles dépassent au moins 2 des seuils suivants :

Total du bilan > 1,55 M€

Chiffre d'affaires hors taxes > 3,10 M€

Nombre de salariés > 50

Les dispositions algériennes prescrivent un contrôle légal aux SARL quelle que soit leur taille et excluent de ce contrôle légal les sociétés de personnes (SNC...). Commissariat à la transformation  : lors des opérations de transformation, le C.A.C. (commissaires aux comptes) si la société en est dotée, ou à défaut un commissaire à la transformation nommé, établissent un rapport sur la régularité des opérations de transformation et sur la situation de la société transformés (code de commerce art. 224-3, 223-43, 225-244, 225-245)

Commissariat à la fusion ou scission : un commissaire à la fusion ou à la scission, indépendant des commissaires aux comptes des sociétés fusionnées ou de la société scindée est nommé (code de commerce). Il établit un rapport présenté lors de l'assemblée générale extraordinaire approuvant l'opération.

Commissariat aux apports : (code de commerce) apports en nature, obligatoire lorsque la valeur d’un apport dépasse 7 500 € (création de société ou augmentation de capital).

Le contrôle légal facultatif

Ce contrôle est décidé par les associés ou par le juge. Dans les SNC et SCS non soumises au contrôle légal obligatoire, les associés peuvent désigner un C.A.C. à l’unanimité ou à une majorité prévue dans les statuts. Dans les SARL, les associés peuvent nommer un C.A.C. à l’AG, à la majorité ordinaire.

Le contrôle contractuel

La demande de ce contrôle peut être effectuée par l’entreprise ou par des tiers. Ce contrôle doit respecter les normes de l’OEC (Ordre des experts-comptables). Toute information comptable et financière peut avoir des conséquences graves sur l’entreprise, aussi est-il nécessaire pour les dirigeants de s’assurer de la sincérité des informations. Les préoccupations d’une révision pour les dirigeants sont le plus souvent :

les besoins d’une information financière fiable avant de la présenter à des tiers ou aux associés,

l’appréciation de l’organisation comptable actuelle afin d’en déceler les insuffisances et de les améliorer,

la nécessité d’éviter des fraudes et des détournements.

Certains tiers ou partenaires de l’entreprise en relation avec elle ont souvent intérêt à ce que les comptes soient préalablement révisés avant de prendre des décisions. Ainsi, la demande du contrôle peut être faite par :

les banques,

les salariés, par l’intermédiaire du comité ou des syndicats,

une entreprise voulant fusionner,

l’autorité des marchés financiers (AMF).

Le contrat qui lie l’auditeur est considéré comme un contrat d’entreprise dans le sens de l’article 1710 du Code civil français (contrat par lequel l’une des parties s’engage à faire quelque chose pour l’autre, moyennant un prix convenu entre elles). D’après les normes professionnelles, l’expert-comptable et son client définissent une lettre de mission, définissant les obligations réciproques.

II Les deux types de contrôle.  Nous allons vous présenter notre activité puis le contrôle pratiqué au sein même de l’entreprise, appelé interne pour cette raison !

Le contrôle externe ; Notre activité.

C’est dans la deuxième moitié du XIX siècle, que les entreprises ont pris l’habitude de soumettre leurs comptes à la vérification d’experts étrangers à l’entreprise. En France, l’ordonnance du 19 septembre 1945 régit la profession des E.C. (experts-comptables). La profession de C.A.C. s’est organisée après la loi du 24 juillet 1966. Les E.C. et les C.A.C. sont deux professions organisées séparément, mais qui peuvent être exercées par les mêmes personnes. Le diplôme d' E.C. permet d’exercer le commissariat aux comptes. Les missions des C.A.C. sont définies, pour l’essentiel par la loi de 1966 (vérification de la comptabilité et certification des comptes). Une même personne ne peut pas être E.C. et C.A.C. d’une même société. Le contrôle externe s’effectue en deux temps :

contrôle de la tenue des comptes,

examen des documents de synthèse (bilan, compte de résultat, annexe).

Le but est de s’assurer que les principes comptables fondamentaux sont respectés. En premier lieu, le réviseur estime un risque d'audit pour pouvoir planifier ses vérifications. Parmi ces procédures de vérification, il fait un examen analytique, en effectuant les contrôles suivants :

  • validité des documents comptables,
  • contrôle par recoupements internes et externes,
  • contrôles des évaluations (méthodes comptables),
  • contrôles physiques (stocks, immobilisations …).
  • Ces contrôles sont réalisés de manière intégrale ou par sondage. Les missions d’audit des comptes annuels peuvent être demandées par l’entreprise elle-même ou par des tiers. La mission générale du C.A.C. est :
  • vérification de la comptabilité,
  • certification des comptes.

 

Contrôle Interne

L'audit interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils pour les améliorer et contribue à créer de la valeur ajoutée (définition de l'Institute of Internal Auditors).

L'audit interne aide l'organisation à atteindre ses objectifs en évaluant par une approche systématique et méthodique les processus de gestion des risques de l'organisation et en élaborant des recommandations pour renforcer leur efficacité.

Les auditeurs internes aident la direction de l'organisation:

-en déterminant les zones importantes de risques;

-en évaluant l'adéquation et l'efficacité du système de contrôle interne et du système de gestion des risques;

-en analysant les risques liés à la réalisation des processus de l'organisation et les mesures de contrôle interne mises en place;

-en mettant en évidence les faiblesses et en proposant des actions pour améliorer les processus existants.
 
: Accueil Nos services L'Audit

Conseils juridique

Confessions of a Shopaholic
Constitution, transformation, liquidation et fusion de sociétés, conseils en matière de droit commercial, droit successoral et régimes matrimoniaux.

Plan

Plan d'accès finasec expert comptable
Affichez le plan d'accès et l'itinéraire pour vous rendre chez votre expert comptable, le cabinet Finasec.

Contacter Finasec

Adresse: 125, bld Bessières 75017 Paris
Téléphone:     01 53 11 19 41
   Fax:     01 53 11 19 49